Main menu:

Posts by Author

History of RPE Thought

Posts by Tag

RSS New from the CCPA

Progressive Bloggers

Meta

Recent Blog Posts

Recent Blog Comments

The Progressive Economics Forum

Litinerance au Canada: Sa croissance, les reponses politiques, et le plaidoyer

Le 1er février, j’ai fait une conférence sur l’itinérance adressée aux étudiants du séminaire d’études supérieures de monsieur Steve Pomeroy à la School of Public Policy and Administration à l’Université Carleton. Le thème de ma présentation a été l’émergence de l’itinérance au Canada en tant que domaine politique publique pressant dans les années 1980. J’ai parlé la croissance de l’itinérance, les réponses politiques et le plaidoyer. Mes diapositives de la présentation peuvent être téléchargées ici.

J’ai commencé à travailler dans le secteur de l’itinérance en 1998 quand j’ai commencé à travailler dans un refuge d’urgence pour les sans-abri. J’ai passé 10 ans à faire le travail auprès des personnes sans abri à Toronto. (J’ ai également écrit un rapport sur l’itinérance à Toronto en 2009.)

Je m’excuse pour la nature quelque peu Toronto-centrique du présent blog. Puisque beaucoup de mon expérience dans le secteur de l’itinérance a eu lieu à Toronto, ce blog va, sans aucun doute, omettre d’importants développements qui ont eu lieu dans d’autres parties du Canada.

Voici 10 choses à savoir:

1. Entre 1980 et 2000, le nombre de personnes qui dormaient dans les refuges d’urgence pour les sans-abri à Toronto sur une base quotidienne a augmenté de 300%. Je pense que ce phénomène a contribué à la croissance des ressources publiques dans l’itinérance.

2. Je pense que six facteurs principaux peuvent être identifiés comme ayant conduit à cette augmentation de l’itinérance. Au cours de la période à l’étude: 1) il y a eu deux récessions profondes qui ont conduit à des niveaux de chômage très élevés partout au Canada; 2) le pourcentage de Canadiens sans emploi qui étaient admissibles aux prestations d’assurance-chômage a chuté de manière significative; 3) plusieurs provinces canadiennes ont réduit la générosité de leurs programmes d’aide sociale; 4) les contracteurs à but lucratif ont pratiquement cessé de construire des logements locatifs; 5) les niveaux supérieurs de gouvernement ont cessé de consacrer des fonds importants à la création de nouvelles unités de logement abordable; et 6) le taux d’inoccupation a chuté à des niveaux très bas. Je dirais que l’ensemble de ces facteurs a créé la « tempête parfaite » pour la hausse de l’itinérance.

3. Comme l’itinérance a commencé à croître à Toronto, des logements supervisés sont devenus une réponse politique populaire. Par «logements supervisés, » je veux dire subventionnés par le gouvernement, des logements permanents pour les personnes à faible revenu, combinés avec le soutien de travail social pour aider le locataire à maintenir sa location. (Pour en savoir plus sur les logements supervisés, voir ce rapport.) Dans de nombreux cas, la personne sans abri qui recevait le logement n’a pas eu à prouver sa « volonté de logement » afin de recevoir l’appartement.

4. À partir de 2005, il y a eu beaucoup de discussions au Canada à propos de ce qu’on appelle « logement d’abord. » Aux fins du présent blog, je définis le logement d’abord comme la pratique consistant à donner à personne sans abri l’accès immédiat à un logement permanent (plutôt que d’exiger que la personne, avant de le recevoir, se prouve « prête pour le logement » ).  Je dirais que, au moins, à Toronto, le logement d’abord a commencé dans les années 1980 avec l’introduction de logements supervisés. Cela dit, je pense que le début de Streets to Homes (programme de « logement d’abord » torontois ) en 2005 a encouragé les fonctionnaires et les politiciens à travers le Canada à être plus disposés qu’auparavant à fournir un logement permanent aux personnes sans abri, sans exiger la « préparation à l’habitation. »

5. L’utilisation du terme « logement d’abord » est source de confusion. Je pense que c’est parce que, par définition, il se réfère à la méthode par laquelle les administrateurs du programme déterminent quand une personne sans abri devrait recevoir un logement permanent. Pourtant, parce qu’ il fait appel à des personnes à gauche et à droite de l’échiquier politique, il est devenu un slogan populaire. Par exemple, le terme apparaît 118 fois dans la directive 2014-2019 du gouvernement fédéral pour la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance. Je soupçonne que le gouvernement fédéral a fait cela principalement en raison de la popularité du terme.

6. Le même département fédéral qui, en un seul document, mentionne le logement d’abord 118 fois administre également, pour les sans-abri, le financement fédéral qui vaut aujourd’hui seulement 35% de ses niveaux de 1999. En décembre, j’ai écrit que le financement fédéral annuel pour les sans-abri vaut aujourd’hui beaucoup moins que ce qu’il était en 1999. En effet, j’ai écrit que, pour restaurer ce financement à des niveaux de 1999, le gouvernement fédéral devrait accroître son financement annuel pour la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance à partir de $119 millions à $343 millions.

7. À partir d’environ 2005, il y eu un changement dans la composition du groupe dominant engagé dans le débat public sur l’itinérance au Canada. Je pense que beaucoup de gens qui avaient déjà été défenseurs des sans-abri à l’échelle nationale ont commencé à « manquer de gaz » (et de ressources). Pendant ce temps, une nouvelle culture d’avocats a commencé à émerger. Soudain, les défenseurs sont devenus plus ardents — plus «verre à moitié plein» — que leurs prédécesseurs. Un implicite argument clé de ces ardents défenseurs était que les ressources publiques pour les sans-abri avaient été mal gérées dans le passé et que, si elles étaient mieux gérées, nous pourrions voir d’importantes réductions de l’itinérance ( peut-être sans beaucoup plus de dépenses publiques ).  Je connais les acteurs clés — dans les deux champs : post-2005 et pré-2005 — et j’ ai une grande admiration pour leur ténacité et leur intégrité. Je pense aussi que chaque approche a ses avantages.

8. Je pense que l’avantage de l’ approche pré-2005 — « verre à moitié vide » — était son honnêteté brutale. Une discussion significative et honnête au sujet de l’itinérance doit inclure un fort accent sur le taux de mortalité élevé chez les personnes sans domicile; et on peut toujours compter sur les défenseurs pré-2005 pour soulever cet aspect de la question. En outre, l’appel du Toronto Disaster Relief Committee aux niveaux supérieurs de gouvernement de doubler les dépenses annuelles sur le logement abordable, a été, à mon avis, une bonne politique publique.

9. Je pense que l’avantage de l’approche « verre à moitié plein » post-2005 est qu’elle se présente souvent comme non menaçante envers les politiciens et les fonctionnaires. Les adeptes de cette approche, je trouve, aiment publiquement applaudir les annonces et les objectifs à long terme qui ont le potentiel de réduire l’itinérance, même lorsque de tels mouvements ne sont pas accompagnés par un nouveau financement. En effet, des mouvements incrémentaux par le gouvernement sont publiquement applaudis. Le succès du « logement d’abord » est souvent offert comme preuve que les méthodes de répondre à l’itinérance se sont effectivement améliorées. au fil des ans. Une organisation qui incarne cette approche « verre à moitié plein » est, je dirais, l’alliance canadienne pour mettre fin à l’itinérance.

10. Il n’y a aucune raison intrinsèque pour laquelle les deux approches ne peuvent pas coexister et se compléter mutuellement. Je pense que les avocats « verre à moitié vide » peuvent créer de l’espace pour les défenseurs « verre à moitié plein. »

Je remercie  Francesco Falvo  pour ses précieuses suggestions.  Toutes les erreurs sont les miennes.

Share and Enjoy:
  • Twitter
  • Digg
  • Google Bookmarks
  • Reddit
  • Tumblr
  • Facebook

Write a comment





Related articles